L'aideRègles de nommage des astres

Règles de nommage des astres dans le système solaire

C'est l'Union Astronomique Internationale qui définit les noms des corps et des structures de surface depuis 1919.

C'est le découvreur d'un nouvel objet du système solaire qui a le privilège de proposer un nom qui obéit aux règles générales ci-dessous et à certaines autres règles dépendant du type de corps découvert.

Les règles globales

  • Une appellation doit être simple, claire et non ambiguë.
  • Si une désignation requière plusieurs noms, il faut en choisir un minimum et satisfaire au mieux les besoins de la communauté scientifique.
  • Le même nom ne doit pas être utilisé pour des corps différents.
  • Les noms doivent être fournis dans une langue donnée et ne pas être traduits dans la langue de chaque utilisateur.
  • Il faut utiliser les thèmes définis lors des premières découvertes.
  • La nomenclature du système solaire doit garder un caractère international; les noms doivent être empruntés aux différentes cultures de manière équitable, proposés par les pays et choisis par l'Union Astronomique Internationale.
  • Aucun nom ayant une connotation politique, militaire ou religieuse ne peut être utilisé sauf pour des hommes politiques antérieurs au XIXème siècle.
  • L'attribution d'un nom de personne à une structure de planète doit être réservé à des personnes reconnues sur le plan international, décédées depuis plus de 3 ans.
  • Si un nom peut avoir plusieurs prononciations, il faut recueillir l'avis de l'intéressé.
  • Les noms des anneaux et des satellites des planètes récemment découverts sont définis par le groupe de travail sur la nomenclature des planètes et satellites et la commission n°20 de l'Union Astronomique Internationale. Des noms sont donnés aux nouveaux satellites seulement quand leurs éléments orbitaux sont bien définis.

Les règles spécifiques au type de corps

  • Les astres visibles à l'oeil nu, le Soleil, la Lune, Mercure, Vénus, Mars, Jupiter et Saturne tiennent leur nom du monde romain. Les planètes plus récemment découvertes Uranus, Neptune et Pluton n'ont reçu leur nom qu'à leur découverte.
  • Pour les nouveux satellites :
    • Pour les satellites de Jupiter on donne des noms qui se rattachent à la mythologie gréco-latine. Un critère adopté en 1976 par l'Union Astronomique Internationale assigne aux satellites ayant une orbite directe une terminaison par la lettre "a" et à ceux ayant une orbite rétrograde la terminaison par la lettre "e".
    • Pour les satellites de Saturne on leur donne les noms de frères et soeurs de Saturne, des Titans, des Titanides et des géants empruntés à diverses mythologies : gréco-romaines, norrois, gaulois et inuits
    • Pour les satellites d'Uranus on donne des nom issus des oeuvres du théâtre anglais, en particulier celui de Shakespeare et de Pope.
    • Les satellites de Neptune ont des noms empruntés aux divinités marines.
  • Pour les astéroïdes, le découvreur peut proposer le nom de son choix à condition :
    • Le nom ne doit pas avoir plus de 16 caractères.
    • Le nom ne doit pas être composé.
    • Le nom doit être facile à prononcer dans plusieurs langues.
    • Le nom doit être correct et non agressif envers qui que ce soit.
    • Le nom doit être différent des noms déjà existants attribués à des astéroïdes ou des satellites naturels.
    • Il ne faut pa choisir un nom d'hommes politiques ou de militaires sauf s'ils sont décédés depuis plus d'un siècle.
    • Il faut éviter les noms d'animaux de compagnie.
    • Il faut fournir avec la proposition de nom un texte explicatif des raisons invoquées pour donner tel nom à un astéroïde.
    • Le nom proposé doit être soumi au Comité de Nomenclature des Petits Corps du Système Solaire de l'Union Astronomique Internationale, comité qui rassemble onze astronomes de tous pays et dont les travaux sont liés aux astéroïdes.
  • Pour les comètes on donne le(s) nom(s) de leur(s) découvreur(s) (jusqu'à trois noms associés en cas de découvertes simultanées), ou éventuellement le nom d'un satellite artificiel (ex : comète IRAS), celui du lieu d'observation ou celui de l'instrument qui les a découvertes (ex : Les comètes LINEAR).

Tags


Réagir


0Commentaire

*
*
*
Changer le code
*


Partager cette page

A propos du site

Le système solaire par Christophe.
Site déposé auprès de la CNIL sous la référence : 1078867.
Par le même auteur : Le Franc Français - Les timbres de France de 1849 à nos jours.

Dernière mise à jour :  16 Juin 2018
10 requètes éxécutées. Page calculée en 0.04317 secondes.